martes, 24 de junio de 2008

Henri Michaux




















Icebergs

Icebergs, sans garde-fou, sans ceinture, où des vieux cormorans abattus et les âmes des matelots morts récemment viennent s'accourder aux nuits enchanteresses de l'hyperboréal.

Icebergs, Icebergs, cathédrales sans religion de l'hiver éternel, enrobés dans la calotte glaciaire de la planète Terre.

Combien haut, combien purs sont les bords enfantés par le froid.
Icebergs, Icebergs, dos du Nord-Atlantique, augustes Boudhas gelés sur des mers incontemplées, Phares scintillantes de la Mort sans issue, le cri éperdu du silence dure des siècles.

Icebergs, Icebergs, Solitaires sans besoin, des pays bouchés, distants, et libres de vermine. Parents des îles, parents des sources, comme je vous vois, comme vous m'êtes familiers...

No hay comentarios: